FERME FLAUD

Je m’appelle Christine FLAUD, je suis agricultrice depuis 1995 avec mon fils Joris aujourd’hui âgé de 21 ans. Le siège de notre exploitation agricole se trouve sur la commune de Gap, dans le département des Hautes Alpes. Nous avons une petite exploitation de polyculture-élevage, de 80 hectares qui nous permet de nous concentrer sur le bien-être de nos bêtes, et sur la qualité de la nourriture que nous leur donnons. Dans notre exploitation nous élevons des génisses (jeunes vaches n’ayant pas encore de veaux pour produire la viande de bœuf) et des vaches allaitantes ou mères à veaux (pour produire la viande de veau sous la mère), et nous faisons uniquement de la vente directe. Nous possédons aujourd’hui un troupeau de 17 vaches allaitantes issues de races mixtes et à viande (Tarentaise, Montbéliarde, Abondance, Blonde d’Aquitaine) a avec un taureau reproducteur de « sélection viande » de race Blonde d’Aquitaine. Les veaux naissent exclusivement sur l’exploitation et sont élevés par leur mère. (Veaux sous la mère). Nous avons 10 génisses qui seront à la production l’année prochaine qui viendront agrandir le troupeau allaitant. Une centaine de génisses pour la viande sont exclusivement des races à viande (Blonde d’Aquitaine, Limousine Charolaise). Quelques génisses naissent également sur l’exploitation, ou sont achetées très jeunes à une exploitation d’élevage située en altitude, dans notre département de montagne dès l’âge de 6 mois pour ensuite être élevées sur notre exploitation. Les animaux sont élevés suivant le cahier des charges de la marque « Hautes-Alpes Naturellement » dont la promotion et le contrôle sont assurés par la Chambre d’Agriculture des Hautes-Alpes. En hiver, l’alimentation des animaux est composée de fourrage à base de luzerne récoltée sur nos terres. La farine est constituée d’un mélange de céréales produites sur l’exploitation : blé, orge, triticale, maïs. Toutes nos cultures reçoivent du compost de fumier comme fertilisant. Les engrais chimiques ont été peu à peu abandonnés en raison de leur coût qui est indexé sur celui du pétrole brut (dépendance économique) et de notre propre volonté de valoriser les engrais organiques issus de l’exploitation. L’été, les vaches partent en alpage sur notre domaine privé qui se trouve sur les hauteurs de la commune de Montmaur (Hautes-Alpes), limitrophe avec le Massif du Dévoluy. Le site Dévoluy, Durbon, Charance, et Champsaur est classé dans le dispositif européen « Natura 2000 »**. Les veaux sont abattus à l’âge de 5 à 7 mois pour garantir la tendreté de la viande. Les génisses sont abattues entre 24 et 36 mois, pour obtenir une viande de très bonne tendreté et qualité. Toutes nos bêtes sont abattues à l’abattoir municipal de Gap. Elles sont par la suite transférées dans notre chambre froide. Les carcasses sont ensuite découpées par deux bouchers diplômés et expérimentés qui œuvrent dans notre atelier de découpe. Celui-ci bénéficie depuis sa mise en service de l’agrément de la Communauté Européenne : Agrément CE N° FR 05 061 034 CE. Cet agrément nous permet de pouvoir commercialiser la viande dans le sud de la France avec une traçabilité et une hygiène irréprochables. A l’atelier, la viande est découpée avec soin, puis emballée sous vide et en portions individuelles, étiquetées et vendues aux particuliers par nos soins. De plus, ces pièces de viande sont conditionnées en paquets individuels sous-vide, étiquetées séparément (poids net et Date Limite de Consommation / D.L.C. en frais sur chaque sachet), Je travaille également avec un artisan équipé d’un atelier de transformation avec autoclave, qui me fabrique des bocaux de « Tripes de bœuf à la provençale » cuisinées et assaisonnées d’un poids unitaire de 600 grammes, et des bocaux de « Bœuf bourguignon » d’un poids unitaire de 800 grammes. Les terrines de Bœuf aux cèpes appelés : « les Délices fermiers ».

lire la suite
par page
Résultats 1 - 12 sur 23.
Résultats 1 - 12 sur 23.